Actualités

Les DRH: Nouveaux Architectes de l’Intelligence Collaborative

By 21 mars 2018 No Comments

Au cours de l’édition parisienne du RH Hackent le Digital (organisé en collaboration avec le HRFiabLab et le groupe Fiabilis), 250 professionnels RH se sont mobilisés.

Ils ont répondu à l’appel de la journée le 8 mars dernier, pour relever les défis des évolutions digitales de leur entreprise et de leur marché. 8 startups prêtes à bousculer les codes et proposer de nouveaux modes de gestion étaient également au rendez-vous, embarquées par les enjeux des professionnels RH à qui elles s’adressent. Les ponts comme les dés ont été jetés.

Cette série d’événements dans toute la France (et bientôt en Belgique) a été conçue  pour que la fonction RH puisse comprendre et s’approprier la techno tout en affirmant ses spécificités, sa responsabilité collective et en exprimant ses besoins. Parmi les nombreux enjeux qui ont structuré la journée :

  • Les algorithmes sont-ils solubles dans l’éthique ?
  • Comment gérer la RGPD pour les RH ?
  • La cyber sécurité est-elle une affaire de RH ?
  • Quelles analyses possibles et non discriminantes des compétences et

plus largement des atouts ?

  • Quel impact la réalité virtuelle peut-elle avoir sur ma GPEC ?

Globalement, cet événement nous a confirmé que nous pouvions être optimistes en ce qui concerne le RH. Mais, c’est un optimisme soumis à plusieurs conditions :

  • Que les RH se rappellent leur métier de RH,
  • Que nous ne tombions pas dans l’illusion technologique ou informatique
  • Que nous ne devons pas nous cacher derrière des algorithmes

pour justifier les décisions plus ou moins faciles à assumer.

 

Les RH ont hacké le digital ce 8 mars, mais ils ne se sont pas contentés d’être pirates !

Nous sommes maintenant prêts à endosser de nouvelles responsabilités, une nouvelle culture, de nouvelles attitudes. A nous, professionnels RH de ne pas nous cacher derrières nos tableaux et nos cases, nos procédures, nos règles et nos référentiels figés.

La fonction RH a parfaitement compris les enjeux, il nous faut maintenant passer à « l’âge du faire ». Nous devons bouger aussi, nous mettre en route en même temps que l’entreprise et il n’est pas trop tard ! C’est la logique de la fonction d’impulsion. La DRH n’est pas là pour supporter le fonctionnement mais apporter de la valeur ajoutée. Et nous commençons à en voir les conséquences : quand on s’approprie le digital, on créé une nouvelle ressource humaine !

 

A bas les POC !

A bas la gadgétisation, les logiques de rafistolages, les pansements (comme une pensée qui ment) qui limitent le changement à la marge ! Il nous faut adopter une approche véritablement systémique, fonctionner avec la logique de la page blanche pour revoir en profondeur les usages, avec de véritables nouvelles approches pour inventer cette nouvelle fonction RH, faite de rigueur, de services et d’écoute.

Cette ère inédite de la fonction intègre par essence tous les acteurs concernés, toutes les parties prenantes car concevoir ne peut plus se faire en solitaire – ce serait la porte ouverte à toutes les myopies (y compris celle du digital). Elle doit adopter une « intelligence globale » des situations. Les solutions seront collectives et collaboratives ou n’existeront pas. Les DRH se doivent être les nouveaux architectes de cette intelligence collaborative dans leur entreprise.